Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 00:00

 

Humeur 

 

 

On est dans l’ère du débat. Faut débattre. Savoir débattre, savoir se battre. Savoir parler, penser juste en temps réel, en temps compté.

Le temps du débat est fait de la texture de l’Autre, autant que de la tienne propre : un temps d’entre-deux temps qui encadre – canal artificiel dédié à la circulation du sens – les vitesses par nature différentielles de débits, de pensées.

Temps des cabines radio, plateaux télé. Temps de parole, chronométré.

Alors faut savoir imposer son sens, contrer le flux adverse. Faire d’une voie à double sens une voie à sens unique, où la Vérité est Une et n’irait que dans un sens : convaincre, ou piéger, acculer le dos contre et la lame sous le nez. Tout ramener à soi, traiter les objections comme confirmations de ses affirmations, user jusqu’aux sophismes les plus crasseux et moyens les plus lâches pour vaincre tu es dans l’arène, sur le ring médiatique pour donner du cirque intelligent aux cerveaux disponibles et gagner ton pain ; te faut la victoire, par tous les moyens.

Avoir de la répartie, valeur phare de ta vie les dieux sont chroniqueurs. Journalistes à leurs heures. Ou l’inverse.

Tu peux en être un toi aussi. Parler fort, affirmer sur tous sujets, avoir l’humour fin d’une omniscience qui peut se vouloir subitement décalée (parce que le sérieux n’est jamais aussi sérieux que lorsqu’il est capable d’un instant se relâcher en un ricanement bien grassouillet), ne jamais rendre les armes même s’il faut tout renier, savoir se battre et l’emporter. Etre le Vrai.

Combien de fois le smic en une soirée ?

Bientôt des Ecoles : The Zemmour high school of spirit fight… The Naullau Academy… Team Ruquier brodé à l’arrière des chemises au col déboutonné… And co… Dur de tous les citer : la concurrence est rude aux portes de la Pensée, aux frontières des Idées. Au programme projections d’arguments, clés de raisonnements, frappes et pointes d’esprit, souvent sous la ceinture mais tu veux l’imposer oui ou non, ton avis ?

Et combien prêts à payer pour apprendre à distiller sur leur époque et autour d’une table feutrée par le filtre des caméras et la lumière des chandeliers, coupe de champagne en bouclier, la douloureuse mais salvatrice Vérité ? Pour recevoir leur diplôme d’expert en grands airs, d’expert en tout j’ai aimé pas aimé, mon pauvre t’es nul à chier, chef d’œuvre j’ai décidé, tendances et histoire de la politique sport littérature théâtre marchés problèmes de société… choisis le domaine j’ai mes fiches je peux assurer ; sur les ondes étriquées où l’on entend toujours les mêmes, les chaînes télé, dans les journaux dans les bouquins à gros tirage qui peuplent les étals des supermarchés faut pas s’étonner : si même chez Gallimard et pour mille cinq cent euros on se met maintenant à les former, les futurs écrivains, les futurs publiés.

Tu ne veux pas payer ? Tu refuses de t’exprimer ? De donner ton avis, ton opinion sur tous sujets ? De sacrifier au débat ? Tu tournes le dos à la joute verbale, à ta potentielle fonction de maître à penser, à ta possible notoriété ?

Tu préférerais ne pas.

Débats-toi.

Loin du diktat du débat, débats-toi avec l’image du langage que sans cesse ils te renvoient.

Apprends à écrire.

Arrête de parler.

 

 

 

 

 

Débat(s-toi)

Partager cet article

Repost 0
commeunratfaitsonterrier - dans L'air de notre ère
commenter cet article

commentaires