Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 15:23

Lecture aléatoire et non-philosophique de l'Ethique

 

Il suffira ici que je prenne pour fondement ce qui doit être à la connaissance de tous ; je veux dire, que les hommes naissent tous ignorants de causes des choses, et qu’ils ont tous l’appétit de chercher ce qui leur est utile, chose dont ils ont conscience. Car de là suit, premièrement, que les hommes se croient libres, pour la raison qu’ils ont conscience de leurs volitions et de leur appétit, et que, des causes qui les disposent à appéter et à vouloir, ils les ignorent, et n’y pensent même pas en rêve. Il suit, deuxièmement, qu’en tout les hommes agissent à cause d’une fin ; à savoir, à cause de l’utile, dont ils ont l’appétit ; d’où vient que, des choses accomplies, ils veulent toujours savoir les causes finales, et rien qu’elles, et quand on les leur à dites, ils sont contents ; c’est qu’ils n’ont plus alors de raison de douter. Et, si nul ne peut les leur dire, ils ne leur reste plus qu’à se tourner vers eux-mêmes, à réfléchir aux fins qui les déterminent eux-mêmes, d’ordinaire, à de tels actes, et à juger nécessairement du tempérament d’autrui à partir de leur propre tempérament.

    (Ethique I Appendice trad Bernard Pautrat)

Un été avec Spinoza #11

Partager cet article

Repost 0
commeunratfaitsonterrier - dans Un été avec Spinoza
commenter cet article

commentaires