Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 août 2013 7 04 /08 /août /2013 13:00

Lecture aléatoire et non-philosophique de l'Ethique

 

 

Une action quelconque est dite mauvaise en tant qu’elle naît de ce que nous sommes affectées de Haine ou de quelque affect mauvais. Or aucune action, considérée en soi seule, n’est bonne ou mauvaise : mais une seule et même action est tantôt bonne, tantôt mauvaise ; donc à cette même action qui présentement est mauvaise, autrement dit qui naît d’un affect mauvais, nous pouvons être conduit par la raison. CQFD

Expliquons cela plus clairement par un exemple ; l’action de frapper, en tant qu’on la considère physiquement, et si nous prêtons attention seulement au fait qu’un homme lève le bras, ferme la main et meut avec force tout son bras vers le bas, est une vertu, qui se conçoit par la structure du Corps humain. Si donc un homme, poussé par la Colère ou bien la Haine, est déterminé à fermer la main ou à mouvoir son bras, cela a lieu, comme nous l’avons montré dans la Deuxième Partie, parce qu’une seule et même action peut se trouver jointe à n’importe quelle image de choses ; et par suite, nous pouvons être déterminés à une seule et même action aussi bien par des images de choses que nous concevons confusément que de celles que nous concevons clairement et distinctement. Il appert donc que tout Désir qui naît d’un affect qui est une passion ne serait d’aucun usage si les hommes pouvaient être conduits par la raison.

   (Ethique IV Prop LIX Deuxième démonstration et Scolie Trad Bernard Pautrat)

Un été avec Spinoza #17

Partager cet article

Repost 0
commeunratfaitsonterrier - dans Un été avec Spinoza
commenter cet article

commentaires