Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 août 2013 6 10 /08 /août /2013 15:09

Lecture aléatoire et non-philosophique de l'Ethique

 

Mais la puissance de l’homme est extrêmement limitée, et infiniment surpassée par la puissance des causes extérieures ; et par suite nous n’avons pas le pouvoir absolu d’adapter à notre usage les choses qui sont en dehors de nous. Et pourtant, c’est d’une âme égale que nous supporterons ce qui nous arrive en contradiction avec ce qu’exige la règle de notre utilité, si nous sommes conscients du fait que nous nous sommes acquittés de notre tâche, que la puissance que nous avons n’est pas allée jusqu’à nous permettre de l’éviter, et que nous sommes une partie de la nature tout entière, dont nous suivons l’ordre. Si nous comprenons cela clairement et distinctement, cette partie de nous qui se définit par l’intelligence, c'est-à-dire la meilleure part de nous, y trouvera une pleine satisfaction, et s’efforcera de persévérer dans cette satisfaction. Car, en tant que nous comprenons, nous ne pouvons aspirer à rien qui ne soit nécessaire, ni, absolument parlant, trouver de satisfaction ailleurs que dans le vrai ; et par suite, en tant que nous comprenons correctement les choses, l’effort de la meilleure part de nous se trouve en cela convenir avec l’ordre de la nature toute entière.

    (Ethique IV Appendice Chapitre XXXII Trad Bernard Pautrat)

Un été avec Spinoza #20

Partager cet article

Repost 0
commeunratfaitsonterrier - dans Un été avec Spinoza
commenter cet article

commentaires