Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 août 2013 4 15 /08 /août /2013 10:53

Lecture aléatoire et non-philosophique de l'Ethique

 

 

Nous le voyons par là, il arrive aisément que l’homme fasse, de soi et de la chose aimée, plus d’état qu’il n’est juste, et, au contraire, d’une chose qu’il hait, moins qu’il n’est juste, et cette imagination, quand elle regarde l’homme lui-même qui fait de soi plus d’état qu’il n’est juste, s’appelle l’Orgueil, et c’est une espèce de Délire, à cause que l’homme, les yeux ouverts, rêve qu’il peut toutes les choses qu’atteint son imagination et que, pour cette raison, il contemple comme des réalités qui le transportent de Joie, aussi longtemps qu’il peut ne pas imaginer ce qui en exclut l’existence et délimite sa propre puissance d’agir. L’Orgueil est donc une Joie qui naît de ce qu’un homme fait de soi plus d’état qu’il n’est juste. Ensuite, la Joie qui naît de ce qu’un homme fait d’un autre plus d’état qu’il n’est juste, s’appelle l’Estime ; et celle, enfin, qui naît de ce qu’il fait d’un autre moins d’état qu’il n’est juste, s’appelle le Mépris.

    (Ethique III Prop XXVI Scolie Trad Bernard Pautrat)

Un été avec Spinoza #24

Partager cet article

Repost 0
commeunratfaitsonterrier - dans Un été avec Spinoza
commenter cet article

commentaires